Connaître Dieu
 
 

« Le Fils de Dieu est venu et […] il nous a ouvert les yeux, pour que nous apprenions à connaître le Dieu véritable et pour que nous le connaissions de mieux en mieux (1) » (Jean, apôtre de Jésus-Christ).

 
 

A partir de l'étude de la nature, les hommes peuvent parvenir avec certitude à une connaissance préliminaire de Dieu. Cependant, pour en avoir une connaissance suffisante, ils ont besoin d'une révélation surnaturelle complétant la connaissance naturelle minimale qu'ils ont pu acquérir de Dieu.

De la sorte, même sans connaître les Ecritures, tous les êtres humains – par la raison et l'intelligence – sont notamment en mesure d’être renseignés avec certitude sur l'existence et la puissance divines et n’ont, selon l'apôtre Paul, aucun motif pour nier cette connaissance naturelle de Dieu fondée sur la contemplation de la création et sur la voix de la conscience : « Nul n'est dépourvu de la notion du vrai Dieu. Tous les hommes ont une connaissance innée de lui, lui-même l'ayant placée avec netteté dans leur cœur. Depuis la création, les œuvres de Dieu parlent à la pensée et à la conscience des hommes de ses perfections invisibles : quiconque sait regarder, peut y discerner clairement sa divinité et sa puissance. Aussi, depuis les temps anciens, les hommes qui ont sous les yeux la terre et le ciel et tout ce que Dieu a créé, ont connu son existence et son pouvoir éternel. Ils n'ont donc aucune excuse de dire qu'ils ne savent pas s'il y a un Dieu. Ils ont eu conscience de Dieu, ils ont su qu'il existait, mais ils ont refusé de l'adorer – lui, le seul digne d'adoration – ou même de le remercier pour ses dons. [...] Les peuples païens, qui n'ont pas la Loi, en observent souvent naturellement les préceptes. Ils trouvent en eux-mêmes ce qu'il convient de faire et obéissent aux impératifs de leur sens moral. Ils démontrent par leur comportement que l'essence de la Loi est gravée dans leur cœur. Leur conscience et leur discernement moral en témoignent » (Romains 1.19-21 et 2.14-15, Parole vivante par Alfred Kuen).

Toutefois, cette connaissance naturelle (rationnelle) de Dieu – insuffisante et généralement fugace – ne permet pas de discerner les desseins éternels du Créateur à l'égard des hommes. C'est seulement par la Bible qu’ils peuvent vraiment connaître Dieu et trouver des réponses à leurs questions existentielles fondamentales. Les Ecritures dépeignent notamment la situation de l'homme déchu après la chute originelle, sa misère et sa souffrance du fait de son éloignement d'avec Dieu. Elles apportent avant tout la solution divine (Jean 3.16) au problème du mal, un plan du salut insaisissable par la seule raison humaine ! Qui plus est, dans sa Parole, Dieu promet l'éternité (le principal objet de l'espérance chrétienne) à tous ceux qui reçoivent le message rédempteur de son fils Jésus-Christ !

Assurément, une telle connaissance ne peut être révélée aux êtres humains que par ce livre inspiré de Dieu qu'est la Bible, la seule référence doctrinale pour les chrétiens, l'unique source d'informations permettant d'acquérir une connaissance véritable de Dieu.

 
Karin et Claude Bouchot
 
_______
1. Première lettre de l’apôtre Jean 5.20, Parole vivante par Alfred Kuen, 1976.
 
 
 
En prolongement de cet article, on pourra lire avec intérêt,
 

Mieux connaître Dieu

 
 

Un ouvrage préfacé par Jean-Charles Thomas, évêque émérite de Versailles. Précisons toutefois que ce titre n'est plus édité, mais qu’il est désormais consultable dans son intégralité sur Google Livres, site à partir duquel également on peut télécharger librement la version e-book du livre en question (en cliquant sur la petite roue dentée en haut à droite de la page dédiée).

 
 
 
© 2017 Bouquet philosophique